Matière première : La soie

Matière première : La soie

Pour ce début d’automne, je vous propose un nouvel article sur les matières premières que j’utilise pour confectionner vos chapeaux et accessoires de tête .
Parlons de la Soie !
Je ne suis pas experte es-soie, mais c’est une fibre  que j’aime particulièrement alors je vais vous raconter un peu de son histoire, de ses origines, de son tissage et de son utilisation dans mon métier ..

Origine
La soie est une fibre naturelle constituée de protéines. Les fils de soie sont principalement issus du cocon produit par la chenille (ver à soie) du Bombix du Mûrier (Bombix mori) pour la soie de culture, et du ver à soie Tussah(plusieurs espèces de chenilles du genre Antheraea) pour la soie sauvage.
La soie aurait été découverte entre 2000 et 3000 an avant notre ère et les techniques de production date d’environ 2500 ans av JC et proviennent de Chine. Restées secrètes jusqu’en 560, les technique sont arrivées en Europe à la fin de Moyen-Âge. En France, la soie est produite de façon industrielle à partir du XIXème siècle en particulier à Lyon.
Différents facteurs : développement des fibres modernes, épidémie qui a touché les vers à soie, changement des habitudes vestimentaires; ont conduit à la re-délocalisation de le production de soie principalement en Asie. 

La fabrication de la soie commence par :
-> La sériciculture : élevage des Bombyx
La femelle du Bombyx pond de 300 à 500 œufs, appelés « graines », et meurt ensuite.  Les œufs doivent être maintenus au chaud pour ensuite éclore. On utilise des couveuses appelées « castellets ».
À sa naissance, le ver mesure quatre millimètres. Durant cinq semaines il engloutit des feuilles de mûrier, pour atteindre 10 centimètres. Dans cette période, son poids est multiplié par 10 000 et il mue quatre fois.
Les chenilles grimpent sur des supports et s’y attachent à l’aide d’un fil. Pour former leur cocon, elles bavent un à deux kilomètres de fil en quatre jours.
Pour fabriquer de la soie, on doit empêcher les chrysalides de se transformer en papillon, car le papillon percerait le cocon en sortant et briserait le fil.

Chenilles de ver à soie âgées de 21 jours
Chenilles de ver à soie âgées de 21 jours
Cocon du ver à soie


-> La préparation des cocon
1. Le décoconnage : 8 à 10 jours après la fabrication du cocon, a lieu le décoconnage. Les cocons sont enlevés de leur support et triés. Ensuite on enlève la bourre ou « blaze », qui a servi à la fixation du cocon.
2. L’étouffage : Les cocons sont ensuite étouffés dans des étuves pour tuer la chrysalide sans abîmer le cocon, puis trempés dans l’eau bouillante pour que le grès (ou séricine, colle naturelle protégeant les brins) se ramollisse. Sa couleur dépend de la race du vers tandis que le fil de soie est toujours blanc.

-> La filature
Chaque cocon n’est fait que d’un seul fil appelé bave. Pour trouver l’extrémité de chaque fil, on remue constamment les cocons avec un petit balai de bruyère (partout en France) ou de paille de riz (en Chine).
Le dévidage
Chaque fil étant trop fin, on en réunit plusieurs (de quatre à dix) lors du dévidage. Ceux-ci se soudent entre eux grâce au grès ( la séricine), lors de son refroidissement.
Les fils sont enroulés sur des « dévidoirs », la soie est alors dite soie « grège ». Celle-ci est ensuite enroulée sur des écheveaux ou « flotte ». Un kilogramme de soie grège s’obtient avec huit à dix kilogrammes de cocon.
– La préparation du fil
 la préparation du fil avant le tissage comporte plusieurs étapes.
– Le moulinage qui consiste à tordre ensemble plusieurs fils de soie pour plus de solidité. Plus le fil est tordu, plus l’étoffe sera souple.. On obtient alors différentes qualité de fils (crêpe de Chine, crêpe Georgette…).
– Le décreusage sert à éliminer le grès en faisant bouillir les écheveaux dans de l’eau savonneuse ou avec un dissolvant.
– La teinture de la soie se pratique toujours sur de la soie décreusée. Le fil est imprégné d’alun, un produit qui sert à fixer la teinture

Moulinage du fils de soie ( Musée de la soie Taulignan)
Moulinage du fils de soie ( Musée de la soie Taulignan)

-> Le tissage
Pour le tissage, la soie se présente sous la forme de flotte.
– Elle est enroulée sur un tambour « l’ourdissoir ». Cela permettra de monter les fils de chaîne sur le métier.
– Elle est dévidée sur une « cannette » qui sera placée dans la « navette ». Celle-ci sert à tisser la trame.
Cette dernière étape de la production de la soie s’effectuait sur des métiers à bras jusqu’au début du XIXème siècle.

Métier à bras pour le tissage de la soie - Wikipédia
Métier à bras pour le tissage de la soie – Wikipédia

Quelques chiffres :
La production mondiale de Soie représente environ 70000 tonnes (soit moins de 0.2% de l’ensemble des fibres textiles). Beaucoup de pays produisent de la soie mais la Chine est en tête (+ de 40 000tonnes) suivie de l’Inde, du Japon, du Brésil. Les pays asiatiques utilisent directement la majeur partie de leur propre production. Ceux sont principalement la Chine (90%) et le Brésil qui fournissent les pays non producteurs comme la France ou l’Italie.

De nos jours :
La soie reste une matière textile noble, utilisée par les marques de haute-couture dans les tenues et accessoires de mode tels que les foulards et pour l’ameublement très haut de gamme.
Dans la coutume, les noces de soie symbolisent 12 ans de mariage. La soie est d’ailleurs encore aujourd’hui un des tissu favori des créatrices de robes de mariée
Dans l’atelier, nous pouvons réaliser la teinture de la soir afin de s’assortir parfaitement à votre tenure.

Les Chapo de Caro, chapeaux à Orléans. Teinture de la soie
Teinture de la soie

Exemples d’utilisation de la soie par les modistes, comme ici dans l’atelier Les ChapOdeCarO

LesChapodeCaro, Chapeaux à Orléans - Bibi en soie drapée
Drapé de soie pour une base de bibi
Les Chapo de Caro, Chapeaux à Orléans - Capeline en sisal et soie
Bordé de capeline en biais de soie et noeud en soie
LesChapodeCaro, Chapeaux à Orléans - Fleurs en soie
Fleur en satin de soie

Histoire de forme : Le pillbox

Histoire de forme : Le pillbox
  • Qu’est ce qu’un chapeau Pillbox ?
    Pillbox signifie « boitier à pilules ». Ce couvre-chef simple et minimaliste est inspiré du style militaire. Ce chapeau sans bord , avec des côtés plutôt droits et un fond plat ressemble donc à une petite boîte ronde peu haute. Il est généralement porté sur le haut du crane et incliné sur un côté ou sur l’arrière.

Lire la suite

Les Formes – Blocks

Les Formes – Blocks

Aujourd’hui parlons des « FORMES » aussi appelées « bois », « blocks » (pour nos amis anglophones) ou Hutform/Holzform (en allemand) : pièces indispensables aux modistes et chapeliers pour la mise en forme de chapeaux.

Je ne parle pas ici des presses en aluminium (ou machines à pédale) plutôt utilisées pour les chapeaux réalisés en séries mais des formes en bois réalisées artisanalement par le formier. Il n’existe plus que 2 formiers en France et une poignée en Europe.
Lire la suite

Histoire et Tradition – Les Catherinettes

Histoire et Tradition – Les Catherinettes
Les Catherinettes  :  Une tradition un peu désuète mais encore présente dans le milieu de la mode et les maisons de haute-couture avec souvent de magnifiques chapeaux !

25 ans : Est-ce encore un âge symbolique !
Aujourd’hui être célibataire à 25ans n’a rien d’extraordinaire puisque la majorité des jeunes femmes poursuivent des études et arrivent tout juste dans la vie active. Certaines font aussi le choix volontaire de ce célibat et ne le considère donc pas comme un échec. Alors que dans le passé cet âge avait une forte valeur symbolique pour les femmes encore célibataires.

Lire la suite

Matière première : Le Feutre

Matière première : Le Feutre

LE FEUTRE, Matière première du chapeau d’hiver par excellence.

Il existe deux types de feutres utilisés en chapellerie : Le feutre de laine et le feutre de poils plus luxueux et naturellement imperméable.
Les techniques de fabrication de l’un et l’autre différent un peu mais reposent sur le même phénomène naturel connu depuis très longtemps : Le feutrage de la matière sous l’action de la chaleur et de l’humidité.

Lire la suite

Matière première : Le sisal

Matière première : Le sisal

Des articles de blog réguliers pour comprendre mon métier, les matières premières, les techniques.

Aujourd’hui j’ai décidé de commencer par vous parler du SISAL.
Tout le monde a déjà entendu ce nom car il est utilisé pour des matières proches mais provenant de plantes différentes. Et oui, mes chapeaux ne sont pas fait avec la même matière que vos tapis !

Lire la suite

Histoire de Forme : La capeline

Histoire de Forme : La capeline
    • Qu’est ce qu’une CAPELINE ?
      C’est un chapeau féminin à large bord et calotte ronde qui s’emboite parfaitement sur la tête. A l’origine, elle était principalement en paille ou matériaux légers. A l’heure actuelle, son diamètre peut varier et elle se décline selon les traditions, les saisons, les modes dans différentes matières comme la paille, le feutre, la dentelle, le crin… Lire la suite